Il existe une variété d’outils dans le monde de la conservation marine qui visent à évaluer l’efficacité des aires marines protégées (AMP), et un certain nombre d’études ont tenté de répondre à la question de savoir ce qui rend une AMP efficace dans la protection et la préservation des écosystèmes marins. Bien entendu, les AMP n’existent pas de manière isolée ; elles font partie de réseaux écologiques beaucoup plus vastes dans l’océan. De la même manière, de nombreuses AMP et leurs gestionnaires sont également connectés à d’autres AMP par le biais de réseaux humains axés sur l’amélioration de l’efficacité de la gestion. Au sein du projet Ocean Governance, nous pensons que ces réseaux humains d’AMP sont essentiels pour créer la fondation d’une conservation marine efficace en offrant un soutien précieux aux gestionnaires. La valeur des réseaux dans la conservation marine est – également grâce au travail du projet Ocean Governance – de plus en plus reconnue au niveau international de la politique des océans.

Échange d’expériences basé sur l’étude documentaire sur l’efficacité des réseaux de gestionnaires d’AMP

Malgré la valeur largement reconnue des réseaux de gestionnaires d’AMP, peu de recherches ont été effectuées sur la question de l’efficacité d’un tel réseau. C’est pourquoi le projet de partenariat des réseaux d’AMP du projet Ocean Governance s’est penché sur cette question. Le résultat est un cadre d’évaluation pour les réseaux de gestionnaires d’AMP, qui comprend une analyse approfondie de 13 réseaux existants d’une large portée géographique. L’étude a été présentée pour la première fois lors du cinquième congrès international sur les aires marines protégées (IMPAC5) à Vancouver, au Canada. Depuis, les partenaires des réseaux d’AMP participants au projet ont souhaité appliquer le cadre d’évaluation à leurs propres réseaux d’AMP. À cette fin, le twinning a organisé un échange d’apprentissage de deux jours sur l’efficacité des réseaux de gestionnaires d’AMP, basé sur l’étude documentaire, les 18 et 19 septembre à Tarragone, en Espagne.

Des participants du monde entier autour d’une table

L’échange d’expériences a réuni 15 représentants de réseaux de gestionnaires d’AMP des Caraïbes, d’Amérique du Nord, du corridor marin du Pacifique tropical oriental, de la mer de Patagonie, d’Afrique de l’Ouest, de l’océan Indien occidental, de la mer Jaune, de la région de l’ANASE et de la région du Triangle de Corail. La réunion a été animée par Puri Canals, chef d’équipe du projet Ocean Governance et du twinning des réseaux d’AMP, et Charles Besançon, expert clé du projet et auteur principal de l’étude documentaire sur l’efficacité des réseaux de gestionnaires d’AMP. L’étude a identifié sept « conditions favorables » que chaque réseau doit évaluer afin de comprendre son niveau actuel d’efficacité et d’identifier les possibilités d’amélioration. Ces conditions sont les suivantes: (1) les dispositions juridiques et administratives, (2) le financement durable, (3) la clarté des objectifs, (4) le modèle de bonne gouvernance, (5) le leadership adaptatif, (6) le renforcement des capacités, et (7) la communication et le suivi des performances.

Questions directrices de l’étude

Les questions directrices pour chaque condition habilitante fournies dans l’étude documentaire ont structuré la réunion et ont inspiré des discussions et des échanges animés. Les réseaux d’AMP participants sont à différents stades de développement, du réseau SPAW RAC dont la première réunion de planification a lieu en octobre, à MedPAN, qui opère en Méditerranée depuis 14 ans. La réunion a donc été une excellente occasion de partager les connaissances, les nouveaux réseaux bénéficiant grandement des conseils de leurs homologues plus expérimentés. Lucie Labbouz, chargée des aires protégées et des réseaux au centre d’activités régionales du CAR SPAW, a exprimé son appréciation de l’initiative :
« Comme beaucoup de gens, je n’ai pas le temps, dans ma vie professionnelle quotidienne, de prendre du recul et de réfléchir en profondeur aux processus que nous mettons en œuvre. Au cours de cet échange d’apprentissage, nous avons eu deux jours entiers pour penser, réfléchir, apprendre, discuter et échanger entre pairs sur les réseaux de gestionnaires d’AMP. Je me suis sentie vraiment habilitée et j’ai hâte de ramener aux Caraïbes toutes les expériences et les leçons apprises au cours de cet échange d’apprentissage du partenariat de réseaux ».

Il n’existe pas de solution unique pour les réseaux d’AMP

Les participants ont discuté d’une série de sujets et ont partagé des exemples et des anecdotes tirés de leur expérience individuelle dans la gestion des réseaux de gestionnaires d’AMP. Tous partagent le sentiment qu’il est difficile de communiquer et de démontrer efficacement les avantages des réseaux de gestionnaires d’AMP aux gouvernements nationaux, ainsi qu’aux donateurs potentiels. Nombre d’entre eux ont évoqué la nécessité de sensibiliser à l’importance des réseaux de gestionnaires d’AMP, tant au niveau international qu’au sein de leurs régions respectives. Les membres du réseau de jumelage d’AMP ont souligné l’importance pour les réseaux de fixer des buts et des objectifs clairs. Les différences entre les réseaux ont également été identifiées, et il est apparu clairement que les modèles de gouvernance, les dispositions juridiques et administratives et les processus de suivi variaient considérablement d’un réseau à l’autre. Bien que certaines approches puissent être meilleures que d’autres, les participants ont convenu qu’il n’existe pas d’approche unique pour les réseaux d’AMP. Catherine Dougnac, du Forum pour la conservation de la mer de Patagonie, a conclu :
« L’échange d’expériences a été une formidable occasion d’apprendre les uns des autres, non seulement sur des questions techniques, mais aussi sur nous-mêmes, et d’améliorer notre compréhension du monde et de l’océan. Malgré nos différences, nous partageons une vision commune de la gouvernance des océans, et il est stimulant de relever ensemble le défi d’une gestion efficace des AMP ».

Matière à réflexion, idées novatrices et nouvelles connexions

L’échange d’expériences sur l’efficacité des réseaux de gestionnaires d’AMP a laissé aux participants des pistes de réflexion, des idées novatrices et de nouvelles connexions qui devraient leur permettre de renforcer et de développer leurs réseaux d’AMP. En tant que membres du twinning des réseaux d’AMP, ils ont également assisté à la conférence mondiale du projet Ocean Governance, qui s’est tenue dans les trois jours suivant l’échange d’apprentissage, où ils ont présenté leur travail et la façon dont ils bénéficient du réseau mondial des réseaux de gestionnaires d’AMP.

Si vous êtes intéressé par l’étude documentaire sur l’efficacité des réseaux de gestionnaires d’AMP, vous pouvez la télécharger ici.