Le 7 novembre, le projet Ocean Governance a présenté l’initiative du Réseau mondial d’AMP au Parlement européen à Bruxelles. L’événement était co-organisé par deux membres du Parlement européen (MEP) qui font partie de l’intergroupe du Parlement européen sur le changement climatique, la biodiversité et le développement durable : Stéphane Bijoux, coprésident du groupe de travail sur les îles et les entités d’outre-mer, et Catherine Chabaud, coprésidente du groupe de travail sur la gouvernance des océans.

L’événement hybride était intitulé, « Réseau mondial d’AMP pour soutenir la gouvernance des océans », et a donné au projet Ocean Governance l’occasion de présenter ses idées et ses réalisations, ainsi que ses espoirs de poursuivre le travail après le mois de décembre dans un nouveau format, avec le soutien des institutions européennes concernées.

Lors de son discours d’ouverture, l’eurodéputé Stéphane Bijoux a déclaré : « Alors que l’océan produit la moitié de l’oxygène de notre planète et abrite plus de 2 millions d’espèces, il est aussi profondément affecté par le changement climatique. Face à ce défi, le seul moyen de réussir tient en un mot : la coopération. C’est la clé d’une gouvernance durable des océans ». L’Ambassadeur Olivier Poivre d’Arvor, envoyé spécial du président de la République française pour la conférence des Nations unies sur les océans France 2025, a prononcé un discours liminaire. Il a noté qu’« en partageant les expériences et les bonnes pratiques, en mettant en commun les connaissances et les informations scientifiques, les gestionnaires d’AMP amélioreront l’efficacité et la durabilité des AMP », et contribueront ainsi aux accords internationaux tels que le protocole Kunming-Montréal, le traité sur la biodiversité au-delà des juridictions nationales (BBNJ), l’objectif de développement durable no 14 et la stratégie de l’UE pour la biodiversité à l’horizon 2030. Un deuxième discours a été prononcé par Luis Molledo, chef d’unité adjoint pour la pêche régionale à la Commission européenne (DG MARE). Il a également mentionné les accords de Kunming-Montréal et de BBNJ comme des étapes majeures dans la gouvernance internationale des océans. « Dans ce contexte international, les réseaux d’AMP sont essentiels. Ils sont essentiels pour atteindre nos objectifs, car nous avons besoin d’une coopération accrue », a-t-il souligné.

Eva Raute, directrice générale de GOPA Worldwide Consultants, la cheffe d’équipe du projet et présidente de MedPAN Puri Canals, la responsable politique de MedPAN Carole Martinez et la coordinatrice régionale du Forum Patagonien Andrea Michelson ont présenté les réalisations et les perspectives du projet Ocean Governance. Ils ont tous souligné la nécessité d’une « ceinture bleue » mondiale reliant les réseaux de gestionnaires d’AMP du monde entier. L’événement a également été honoré par la présence de Jihyun Lee du Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique, qui a souligné l’importance de soutenir l’initiative « ceinture bleue » et sa valeur pour la mise en œuvre des accords internationaux.

Après une séance de questions-réponses, l’événement s’est achevé sur les remarques finales de la députée européenne Catherine Chabaud, qui a souligné l’importance d’une collaboration continue pour une gouvernance efficace des océans. Le projet Ocean Governance remercie le Parlement européen, en particulier les députés Catherine Chabaud et Stéphane Bijoux, pour leur initiative et leur soutien.